• 1

Conséquences L'obstruction nasale paradoxale

Pour de nombreuses personnes souffrant du syndrome du nez vide, le fait d’étouffer et de manquer d’air pendant le sommeil, d’être essoufflé dans la journée, est réel.
Comme son nom l’indique, l’obstruction nasale est dite «paradoxale» alors qu’il n’y aucun obstacle, puisqu’il n’y a plus de cornets inferieurs ou moyens.
Cet article n’a pas pour but de se substituer à des traités médicaux scientifiques ou traités sur la mécanique des fluides, mais juste d’expliquer et informer de manière simple et compréhensible pourquoi apparait cette obstruction paradoxale.
Avant d’entrer dans le vif du sujet sur des notions fondamentales de mécanique des fluides qui vont être expliquées plus loin, beaucoup de lecteurs pourraient se demander : que viennent faire des explications sur la mécanique des fluides sur un problème médical ?
A cette question nous pouvons répondre que l'obstruction paradoxale est directement liée à la mécanique des fluides.
Les principes de la mécanique des fluides s’appliquent en tout point de la terre. Sans même vous en rendre compte, dans la vie de tous les jours, sans que vous y prêtiez attention, et donc depuis le bout de votre nez jusqu’à vos poumons.
Ces principes s’appliquent donc sur les gaz et les liquides.
Plusieurs paramètres permettent de qualifier l’écoulement d’un fluide (gaz ou liquide) dans une section définie, ils sont nombreux, et certains, pour ceux qui nous concernent, sont négligeables comme l’effet Coriolis, gravité.
Pour le sujet qui nous intéresse, trois ou quatre de ces paramètres sont utiles pour nous aider à comprendre l’obstruction paradoxale, la pression, le débit, la vitesse, mais SURTOUT, le régime d’écoulement ainsi que l’étude du régime, la fluidité et viscosité qui rentrent en ligne de compte.
 
Le débit: Le débit permet de mesurer un volume ou une quantité de matière par unité de temps (litre/mn, litre/s etc..).
La pression: La pression est l’unité de mesure définissant la force appliquée sur une unité de surface donnée, les unités utilisées, leurs multiples ou sous multiples sont nombreux, comme le pascal (1 newton par m2 1Pa=1N/m2), le bar 1b=100 000pascal, l’atmosphère (1atm=101 325Pa), le PSI très utilisée notamment en hydraulique, oléo hydraulique et en hydrostatique.
Beaucoup d’unités sont utilisées mais la grandeur mesurée est la même, force par unité de surface P=F/S.
La vitesse ou vélocité, mais là pas besoin d’explication, distance par unité de temps.
Le régime d’écoulement
Pour ne pas trop compliquer les choses, nous pourrions définir le régime d’écoulement comme la façon dont se déplace un fluide dans une section donnée.
Il existe plusieurs types de régime d’écoulement : le régime de Stockes, le régime laminaire, le régime transitoire et le régime turbulent.
Un type de régime est défini par un nombre sans dimension, le nombre de Reynolds.
Il a été mis en évidence en1883 par Osborne Reynolds et défini comme suit :
 
osborne_1
 
Avec :
▪ V - vitesse du fluide [m/s]
▪ D - dimension du canal d’écoulement [m]
▪ ν - Viscosité cinématique du fluide :
▪ ρ -masse volumique du fluide [kg/m³]
▪ η-Viscosité dynamique du fluide [Pa.s] ou Poiseuille [Pl]
 
Pour un nombre de Reynolds inférieur à 2000, le régime d’écoulement est laminaire.
Entre 2000 et 3000, le régime est transitoire ou intermédiaire.
Pour un nombre supérieur à 3000, le régime est considéré comme turbulent.
Nous observons donc que plus la section d’écoulement, la vitesse et la masse volumique augmente, et plus le nombre de Reynolds augmente conduisant de plus en plus vers un écoulement turbulent.
 
Ce qu’il faut savoir aussi c’est que la variation d’un paramètre pour une même section d’écoulement fera varier d’autres paramètres débit, pression, vitesse.
Après ces quelques petits rappels de notions sur la mécanique des fluides, quel est le rapport avec l’obstruction paradoxale ?
Revenons sur l’utilité des cornets qu’ils soient inférieurs moyens et supérieurs.
Les cornets comme nous l’avons déjà dit, ont pour fonction de filtrer, humidifier, réchauffer l’air avant qu’ils n’arrivent aux poumons.
Mais ils ont aussi une autre fonction, celle de canaliser correctement le flux d’air vers le nasopharynx, avec un régime laminaire avec la bonne pression le bon débit et la bonne vitesse.

 

 
La position des cornets forme trois canaux d’écoulement, avec une géométrie bien particulière. Cette géométrie leur permet de canaliser l’air vers le nasopharynx avec un régime laminaire, à la bonne pression et le bon débit.
Lorsqu'un fluide passe dans une section convergente (entonnoir), le débit, la pression, changent et inversement, lorsque le fluide passe dans une section divergente.
Tous ces principes et lois sont utilisés pour l’étude et la fabrication des souffleries de tests aérodynamiques, que ce soit pour les aéronefs, voitures ou autres.
 
Regardons ce qu’il se passe lorsque les cornets inférieurs ont été enlevés.
 
 
Le flux d’air dans le nasopharynx est turbulent et erratique provoquant un phénomène de “bourrage”, d’où l’obstruction. Le phénomène est important, quand il manque les cornets inférieurs et encore plus grand lorsque les cornets inférieurs et moyens ont totalement disparu.
Comme il à été dit, les cornets canalisent l’air avec un certain débit et une certaine pression de part leur forme convergente.
Mais revenons à la définition des régimes d’écoulement et de l’étude du nombre de Reynolds.
En reprenant la première expression de la formule du nombre de Reynolds, la dimension de la section d’écoulement est primordiale et en supprimant les cornets inférieurs et, ou moyens la section d’écoulement est plus grande, augmentant proportionnellement ce nombre et amenant à un régime turbulent.
Lorsqu’une personne atteinte de SNV est éveillée, et bien, qu’une plus grande quantité d’air entre dans son nez, elle devra produire plus d'effort pour inspirer l’air jusqu’aux poumons pour combattre ce phénomène d’obstruction.
 
Cet effort est fait de manière consciente en journée, mais pendant le sommeil, il n’en n’est pas de même, car la respiration se fait de manière inconsciente, le rythme cardiaque baisse, la respiration est plus lente et moins forte, et pas suffisante pour combattre le phénomène d’obstruction.
Si à cela s'ajoute le fait que pour certaines personnes l'arrière de la langue retombe vers l’arrière de la gorge, cela se solde par un réveil en sursaut immédiat, et donc obligation de dormir avec un appareillage d’assistance respiratoire insufflant de l’air à pression positive, pression ajustée pour permettre à l’air d’arriver aux poumons.
 
Les conséquences
Les symptômes du syndrome du nez vide ont des conséquences profondes sur la vie des personnes qui en souffrent.
La syndrome du nez vide est directement responsable de dépression nerveuse avec diminution des plaisirs, envies et satisfactions provoquant des difficultés professionnelles et affectives…
La sécheresse du nez et de la gorge, les douleurs, sont également difficilement supportables, chaque inspiration est douloureuse, chaque expiration demande un effort, ce qui pénalise l'ensemble de la vie quotidienne.
Les difficultés de sommeil sont une grande épreuve. Sur les forums dédiés, certaines personnes se plaignent de ne pas avoir dormi plus de 2 à 3 heures par nuits avant de savoir comment atténuer les symptômes.
Il faut évidemment ajouter que le manque de sommeil, les douleurs permanentes (y compris durant le sommeil)favorisent la dépression, l’anxiété, certains ont fait des tentatives de suicide ...
Il faut connaître les insomnies pour comprendre le mal être profond que cela représente. Au delà du mal être, la fatigue entraîne des troubles de concentration et des pertes de mémoires fortement handicapantes dans la vie professionnelle, que ce soit pour les professions techniques ou les emplois de bureau.
Les perspectives de prise en charge médicale du syndrome du nez vide sont très limitées en France. Il existe cependant des moyens d'atténuer cette souffrance
 
Les conséquences physiques :
  • Problèmes de sommeil qui n’est plus réparateur, apnées du sommeil, multiples réveils
  • Fatigue chronique
  • Sècheresse nasale sévère
  • Maux de tête récurrents
  • Douleurs des yeux
  • Brûlures
  • Hyperventilation, essoufflement
  • Sècheresse extrême des muqueuses, ou hypersécrétions postérieures avec mucosités épaisses
  • Croûtes
  • Toux
  • Sensation de vide
  • Obstruction nasale paradoxale
  • Sinusite
  • Pression dans les oreilles
  • Problèmes au niveau de la valve nasale
  • Douleurs de la face
  • Impossibilité de se moucher
  • Aggravation des symptômes après intervention sur les cornets
  • Tension trop faible ou trop forte
  • Atrophie de la muqueuse nasale
 
Les conséquences psychologiques :
  • Anxiété
  • Dépression
  • Fatigue chronique
  • Manque d'action
  • Prostration, isolement social
  • Incapacité de se concentrer
  • Apathie
  • Sentiment d'accablement / d'injustice
  • Frustration
  • État maladif non reconnu par les autres
  • Émotivité
  • Perte de la libido
  • État de tristesse récurrent
  • Envies suicidaires
 


AVERTISSEMENT

Nos conseils et informations ne doivent pas se substituer à un avis médical mais sont donnés à des fins d’informations générales seulement.

Nous ne sommes en aucun cas des professionnels de la santé et nos conseils sur ce site ne remplaceront jamais l’avis d’un médecin

S'abonner à la newsletter

Notre historique

Devant le peu de solutions qui s’offrent aux personnes malades, devant le peu de réponses des médecins, c’est un véritable parcours du combattant pour obtenir un diagnostic qui peut prendre des mois, des années pour certains...

Notre association loi 1901, à but non lucratif, « SYNDROME DU NEZ VIDE FRANCE » a vu le jour en septembre 2010.